Bannière de l'article sur les impacts du changement climatique

Réchauffement climatique : la cause du Printemps Arabe

Hugues Verneau Risque climatique

Les effets du réchauffement climatique sont particulièrement sournois et peuvent prendre des formes assez inattendues. Les effets conjugués du système de cause à effet et la sélection des informations qui nous arrivent par les grands médias, masquent le premier domino qui déclenche une série d’évènement. Vous allez découvrir comment le réchauffement climatique a contribué aux évènements du Printemps Arabe.

Article : Construction Ecologique, des projets innovants en Ile de France.

Je vais tenter d’éviter du mieux possible de prendre parti. L’idée n’est pas de savoir si le printemps arabe, ses morts et le lot de changements qu’il a apporté dans le quotidien des personnes qui l’ont vécu, est positif ou non. Je suis d’ailleurs persuadé qu’une vision trop dichotomique de cet évènement n’est pas idéale pour en analyser les causes.

Il est aussi important de souligner que cet article est une vulgarisation d’autres travaux menés par des gens bien plus légitimes et compétents que moi pour en parler. Il est issu du Laboratoire d’Idées et d’Analyses (LIA), du pôle de publication de HEIP Junior Consulting, ainsi que de l’analyse de Jean-Marc Jancovici.

Une analyse des causes de la révolte: le prix des denrées alimentaires

Aidée par notre culture démocratique et un traitement médiatique plus basé sur les émotions que sur les faits, notre vision des évènements, pour ceux qui en ont une, est souvent portée par un certain lyrisme : la lutte des peuples opprimés contre des dictateurs oppressifs et cruels.

Nous avions oublié le goût de la liberté. Nous avions oublié que la dignité est essentielle à l’homme. Pour elles, des Tunisiens se sont battus et sont morts. 

Khemaïs Chammari, membre de la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme

Autant que je le sache cette vision n’est pas fausse mais elle ne dit rien des causes et des déclencheurs de cette révolution sans précédent dans le monde arabe.

Si nous devons retrouver la trace dans les médias du premier évènement, le déclencheur qui a incarné la crise et déclenché la colère de la rue, déjà larvée depuis longtemps, nous devons remonter au 17 décembre 2010 date de l’immolation de Mohamed Bouazizi.

Cet évènement va amener le dictateur tunisien Zine el-Abidine Ben Ali à la démission après 23 ans de dictature. Il démissionnera 28 jours plus tard.

Le suicide d’un vendeur ambulant en Tunisie serait très certainement passé inaperçu si l’ensemble de la population du Moyen Orient n’avait pas subi une importante augmentation du prix des denrées alimentaires mettant sous pression les populations les plus fragiles.

L’impact du changement climatique sur l’augmentation du prix des denrées alimentaires

Les changements climatiques impactent de deux façons les récoltes mondiales. Tout d’abord l’aridification des zones du pourtour méditerranéen qui vient diminuer fortement les récoltes de blé. Les phénomènes d’aridification viennent réduire les surfaces arables mondiales d’une surface environ égale à l’Italie, chaque année. Ainsi entre 1980 et 2010 le rendement du blé a perdu 5%[1]. Les prévisions du GIEC table sur une perte de rendement de 20% d’ici à 2030.

Le deuxième impact sur les cultures vient des évènements climatiques extrêmes. Les fortes sécheresses et les fortes pluies viennent impacter les rendements sans qu’il soit possible de les prévoir. Les évènements climatiques extrêmes sont augmentés très significativement par le réchauffement climatique que ce soit en nombre ou en intensité[2].

La Chine, plus grand exportateur mondial de blé a subi un épisode de sécheresse intense en novembre 2010[3]. Les souvenirs de la grande famine (1958-1961) ont alors amené les dirigeants à faire appel au marché international du blé pour combler les mauvaises récoltes.

La Russie et l’Ukraine ont subi le même phénomène avec une chute respective de 32,7% et 19,3% de leur récolte[4]. Le Canada et l’Australie ont été touchés au même moment par des pluies diluviennes qui ont aussi beaucoup impacté la production.

Comment le réchauffement climatique a modifié le prix du blé

Naturellement cette tension sur la ressource se traduit par une tension sur les prix. Depuis 1985 le prix du blé augmente. Ce phénomène est naturellement le même pour bon nombre de types de cultures et se répercute sur tous les produits de transformation ainsi que sur la viande car nous cultivons aussi pour nourrir les animaux d’élevage.

C’est ainsi que le prix de la tonne de blé est passée de 157$ en juin 2010 à 326$ en février 2011. Le prix a doublé.

Le graphique ci-dessous vient placer sur la courbe de fluctuation des prix des denrées alimentaires les mouvements de contestations durant l’année 2011.

Graphique corrélation entre les soulèvements et le prix de la nourriture

Quand on ramène les évolutions du prix des denrées alimentaires à la part du budget des ménages consacrée à l’alimentation, on se rend compte qu’il s’agit bien de la survie des plus fragiles. En Egypte par exemple l’alimentation représente 38% du budget des familles et les calories proviennent pour 30% du pain.

En espérant que ces quelques informations vous permettront de mieux apprécier les conséquences directes du réchauffement climatique. En 200 ans de consommation d’énergies issues des hydrocarbures, nous avons fait vaciller le premier domino d’une longue série. Affaire à suivre.

Si vous souhaitez prendre un peu de temps pour lire la communauté scientifique dans le texte, vous pouvez consulter le rapport de GIEC ici


[1] Rapport GIEC publié le 31 Mars 2014

[2] JANCOVICI Jean-MarcDormez tranquille jusqu’en 2100 : Et autres malentendus sur le climat et l’énergie, Odile Jacob, 2015, 210p

[3] Collectif, Climate Change And Arab Spring, A Climate and Security Correlations SeriesEdité par Caitlin E. Werrell et Francesco Femia, Février 2013, 68p

[4] Index Mundi, “Wheat Imports by Country in 1000 MT.”